Site Web de l'Observatoire du Paysage

Résultats

Comprendre le passé

En comparant les paysages historiques de l’Horta de Pinyana, Conca de Poblet, Vall Cerdana, Terraprims ou de ceux du Priorat nous y avons découvert des réalités très similaires et d'autres très spécifiques à chacun d'entre eux. L'analyse du paysage historique dans sa globalité, considéré comme un ensemble d'éléments mutuellement liés, nous a permis de bien mieux comprendre certains éléments du paysage d'un point de vue historique.

Les villages

Autour du village, il y a des champs cultivés, des chemins et des canaux d'irrigation qui existent et doivent leur état à l'existence du lieu habité. Ces ensembles d'éléments nous permettent bien souvent de comprendre l'emplacement du village. Il suffit d'ailleurs de jeter un œil aux cartes qui reflètent le caractère des paysages de villages comme Alpicat, Rosselló, Almenar, Corbins, Torre-serona, Rocafort de Queralt, Sarral, Solivella, Vilaverd, Meranges, Olopte, Talló, Llívia, Navata, Esponellà, Vilert, Bàscara, Marçà ou Capçanes pour s'en convaincre.

Les chemins

Bon nombre de chemins peuvent être reliés aux villages, aux champs, aux limites, aux moulins et aux pâtures. Comme nous l'avons déjà souligné, les chemins peuvent être à l'origine d'autres éléments de paysage possédant une forme similaire (par exemple des chemins parallèles). L'étude des environs de Lleida et du réseau de chemins qui sortent de la ville permet de comprendre l'importance d'une étude précise du tracé des différentes voies de circulation.

Les gisements archéologiques

Certains éléments du paysage actuel, par exemple les chemins, sont liés à des sites anciens, abandonnés depuis des années. Il peut s'agir d'une nécropole wisigothe, comme celle de Tossa de Baix, ou d'un gisement de l'époque romaine, comme celui de Tossa de Dalt (Rosselló, Segrià).

Les canaux d'irrigation

Quel que soit le lieu, le lien étroit qui existe entre les canaux d'irrigation, les espaces hydrauliques, les lieux habités et les moulins n'est plus à démontrer. Pour comprendre le paysage de l'Horta de Pinyana par exemple, il faut comprendre les changements intervenus dans l'ensemble des canaux d'irrigation et les espaces hydrauliques qui ont existé au fil des siècles.

Les monuments historiques

On convient généralement qu'il est important de considérer tout monument dans son environnement et non comme une réalité isolée. Cela signifie qu'il faut faire le lien entre l'église et son enclos paroissial, le château et son village, le pont et le chemin qui y mène, etc.

Les drailles, chemins de transhumance et autres sentiers empruntés par le bétail

Étant donné l'importance du bétail dans certaines communautés rurales, on comprend parfaitement l'influence que pouvaient avoir les drailles sur le tracé des limites des territoires villageois (qui coïncident bien souvent avec les limites actuelles des communes).

Les fermes

Comme dans le cas des villages, il convient de faire le lien entre les fermes dispersées et les champs et terrasses qui les entourent, les chemins qui y mènent et les zones forestières qui bordent l'espace cultivé.

Les parcelles

L'étude et la cartographie du paysage historique permet de mieux comprendre les caractéristiques des lots de terres, des petites vallées ou des cuvettes, des champs allongés ou encore des ensembles de terrasses.

Les moulins, forges et fours à terre cuite

Tout élément d'un paysage doit être relié avec d'autres éléments de ce paysage, anthropiques ou non.

Les limites, par exemple des municipalités

Pour comprendre les limites, il faut les relier aux lieux habités, aux chemins, aux canaux d'irrigation, aux bornes, à l'orientation des centuriations et des lotissements romains, etc.

© 2018 Observatori del Paisatge de Catalunya / Hospici, 8 - 17800 OLOT - Tel: +34 972 27 35 64 - observatori@catpaisatge.net