Informació a la premsa

TORNAR

28 de febrer de 2017

Centres-villes morts, moches périphéries, merci qui?

France culture - (França) [Crònica]

Foto

La rue des Augustins à Perpignan où la vacances commerciale dépassé 16% dans le centre ville.• Crédits : MICHEL CLEMENTZ - Maxppp

Les centres se meurent dans beaucoup de villes moyennes. La faute à 20 ans de construction frénétique de zones commerciales périphériques et un conflit, toujours présent, entre aménagement du territoire et développement (soi-disant) économique. Bientôt des "Death Malls", comme aux Etats-Unis?

Le déclin commercial des centres-villes atteint un stade préoccupant. Le sujet est suffisamment complexe pour que le rapport qui a été rendu sur ce sujet l'automne dernier au gouvernement pèse 471 pages (ce qui est un étiage très haut, j'ai rarement vu un rapport aussi énorme).

Intitulé "La revitalisation commerciale des centres-villes", ce rapport fait des propositions qui seront discutées aujourd'hui à Bercy où la secrétaire d'Etat chargée du commerce Martine Pinville organise des Assises sur le sujet.

Le constat est grave, disons le. Il se mesure en termes de vacance commerciale (en gros le pourcentage de commerces fermés). A 5% on est dans le frottement conjoncturel, (un peu comme pour le chômage). Au-dessus, il y a un problème. Or, le taux de vacance moyen (établi sur un panel de 190 villes en France) est passé de 6.1% en 2001 à 10.4% en 2015 note le rapport.

En 2015, sur le panel analysé, 7 % de centres-villes des villes moyennes ont un taux inférieur à 5 %, 38 % ont un taux de vacance commerciale situé entre 5 % et 10 % et 55 % ont un taux supérieur à 10 %, contre seulement 27 % dans les grandes villes.

Ce sont les villes moyennes, c'est à dire de 10 000 à 100 000 habitants, qui sont les plus touchées, pas les grandes villes. Le palmarès des centres les plus abandonnés par les commerces revenant à la ville de Béziers (24% de vacances commerciales), suivent Châtellerault et Forbach. Pour m'aventurer un brin sur le terrain politique, sachez qu'une enquête IPSOS a mis l'an dernier en évidence un lien entre le vote Front national et la désertification des centres-villes, comme l'évoque cet article de l'Opinion : Désert français, Eldorado du FN

COMMENT EN EST-ON ARRIVÉ LA?

Il y a des explications ponctuelles d'une ville à l'autre. La perte d'une caserne militaire, le déplacement d'un hôpital en périphérie, une démographie déclinante, mais il y a une explication plus globale note le rapport rendu à l'automne.

Entre 1995 et 2015, il y a eu en moyenne une augmentation de 4% des mètres carrés de centre commerciaux construit pour une croissance de la consommation de seulement 1% par an, explique Philippe Schmit, secrétaire général de l'AdCF (Assemblée des Communautés de France qui est la fédération nationale des élus de l'intercommunalité). 4% versus 1%... cherchez l'erreur...

L'erreur, elle vient d'une part de la tension entre d'un côté la volonté d'organiser les territoires et l'urbanisme, et de l'autre la notion d'entreprise et la liberté d'entreprendre.

Cette tension, on la retrouve ensuite dans l'organisation de l'aménagement du territoire. Juste pour vous donner une idée de cette organisation, les CDAC (Commission Départementales d'Aménagement Commercial) donnent l'autorisation d'implantation qui peuvent prévoir des CRAC (contrat de Revitalisation Artisanale et Commerciale). A ne pas confondre avec le DAC (Document d'Aménagement Commercial) dans lequel peut être inséré un DAAC (Document d'Aménagement Artisanal et Commercial), qui peut être inséré dans le DOO (Document d'Orientation et d'Objectif) du SCOT (Shéma de Cohérence Territoriale).

Voilà une bonne douche d'acronymes hummmm ça fait du bien pour commencer la journée.

CDAC, CRAC, SCOT, DOO etc...

En clair, les autorisations d'implantations sont données par des commissions où siègent les élus qui sont des machines à dire OUI à plus de 90%. Chaque élu veut sa zone commerciale. Bien sûr, il préférerait un projet d'implantation d'usine, mais comme on ne lui propose pas, le centre commercial c'est mieux que rien. Le tout, sans aucune coordination au niveau intercommunal, donc vous pouvez avoir plusieurs projets d'implantation de zone commerciales pour un même bassin de vie. La loi de modernisation de l'économie en 2008 a encore aggravé le problème. Voir ici, cet article du courrier des maires : Zones commerciales, à quand une règle du jeu? Et le blog en lien sur le tweet ci-dessous.

© 2018 Observatori del Paisatge de Catalunya / Hospici, 8 - 17800 OLOT - Tel: +34 972 27 35 64 - observatori@catpaisatge.net