Informació a la premsa

TORNAR

27 d'abril de 2016

Les paysages du Québec sont-ils menacés ?

Des régions se mobilisent pour préserver la beauté des lieux sans fermer la porte au développement.

JULIE BARLOW Canadian Business - (Canadà) [Crònica]

Foto
Foto
Foto
Foto
Foto

(1) Les Éboulements dans Charlevoix. (Photo: T. Philiptchenko/Megapress) (2) L’Anse-Saint-Jean, au Saguenay. (Photo: A. Biscaro/Masterfile) (3) Vignoble en Toscane. (Photo: Raimund Linke/Radius Images/Masterfile) (4) Marie-Ève Lafond a quitté Montréal pour faire pousser de l’ail en bordure de Cowansville, grâce à la Banque de terre. (Photo: Charles Briand pour L’actualité) (5) Kamouraska, dans le Bas-Saint-Laurent. « Le paysage, c’est de la nature, mais une nature façonnée par l’homme », dit Gérald Domon, de la Chaire en paysage et environnement. (Photo: Nicolas Gagnon)

Brome-Missisquoi est célèbre pour sa Route des vins, son magnifique réseau cyclable et ses paysages enchanteurs. Mais en 2009, cette municipalité régionale de comté (MRC) du sud-est du Québec, insérée entre l'autoroute 10 et la frontière américaine, se découvre un problème : de plus en plus de terres sont laissées en friche, entre autres parce que des agriculteurs, faute de relève, ont vendu leurs lopins à des citadins qui ne savent pas toujours les exploiter. Et avec le déclin des terres s'étiole la signature panoramique de la région.

En 2011, la MRC trouve une solution inédite : elle crée la Banque de terres, sorte d'agence de rencontres agricole, qui jumelle les exploitations sous-utilisées avec des aspirants agriculteurs, souvent des jeunes qui rêvent d'élever des moutons ou de cultiver des framboises. La Banque de terres — surnommée "la marieuse" par les gens du coin — donne non seulement la possibilité aux jeunes agriculteurs de reprendre un lopin, mais elle leur offre aussi la formation et le soutien pour monter un plan d'affaires.

Marie-Ève Lafond, 34 ans et mère de trois enfants âgés de deux à neuf ans, est une des "mariées". Après cinq ans à Montréal, où elle était anima­trice en sécurité alimentaire pour le Club populaire des consom­mateurs de Pointe-Saint-Charles, cette horticultrice d'Abitibi voulait passer à autre chose. "Je rêvais d'une petite terre quelque part en région", dit-elle tout en retour­nant le sol avec sa binette. Elle doit faire vite pour planter ses rangées d'ail avant le gel d'automne.

Son bonheur, Marie-Ève Lafond l'a trouvé sur un terrain de 1,3 hec­tare en bordure de Cowansville, à l'orée d'un quartier de maisons jumelées. Elle a repéré l'endroit — un petit espace légèrement vallonné qui ne compte pas de maison — grâce à la Banque de terres. Elle a signé au printemps 2015 un bail de 10 ans, à 100 dollars par année. Soit une fraction du coût de location (jusqu'à 11 000 dollars par an) pour une terre maraîchère dans cette région.

La parcelle en perdition a depuis retrouvé ses airs agricoles. Marie-Ève Lafond y a planté 20 000 gousses d'ail et 3 000 framboisiers. Son entreprise de "culture urbaine", qu'elle a baptisée Le Champ de la voisine, accueillera ses premiers clients en autocueillette à l'été 2016.

Depuis sa création, en 2012, la Banque de terres, un organisme sans but lucratif financé par le ministère de l'Agriculture et la Fédération de la relève agricole du Québec, a uni 21 agriculteurs à des aspirants comme Marie-Ève Lafond. Et le concept s'est vite répandu : huit MRC de l'Estrie, des Laurentides, de l'Outaouais, du Centre-du-Québec et de la région de Québec ont créé leurs propres banques de terres ou sont en train de le faire. Car les gens sont de plus en plus nombreux, en région, à être convaincus de l'importance de préserver les attraits de leur territoire, à commencer par le paysage. Et les initiatives se multiplient.

"Le paysage, c'est de la nature, mais une nature façonnée par l'homme", note Gérald Domon, professeur à la Faculté de l'aménagement de l'Université de Montréal et directeur scientifique associé de la Chaire en paysage et environnement.

Les paysages époustouflants qui séduisent les touristes, des Éboulements de Charlevoix à la plaine de Kamouraska en pas­sant par le rocher Percé, sont souvent émaillés de ponts couverts, de petits ports de pêche, de champs de blé. Ces beautés, fruits du travail des fermiers, des pêcheurs, des élus, des urbanistes, des spécialistes en aménagement et des habitants, font partie du paysage.

Depuis une quinzaine d'années, "le Québec est passé de l'idée du paysage "carte postale" à l'idée d'une ressource à développer", dit Gérald Domon.

Thierry Ratté, coordonnateur d'Estran Paysage humanisé, un OSBL qui vise à sauvegarder le paysage de la MRC de La Côte-de-Gaspé, y voit une autre façon de faire du développement dura­ble. "Revitaliser le paysage, c'est un enjeu d'occupation du territoire, une occasion de susciter le retour dans la région de gens qui l'avaient quittée", affirme-t-il.

Les défenseurs du paysage cherchent depuis 20 ans la formule magique pour allier le développement économique à la protection du potentiel touristique. Les changements de zonage auxquels des municipalités ont recours depuis les années 1930 au Québec ont leurs limites. Ils peuvent restreindre ou bannir certains types de constructions dans des milieux humides, interdire les éoliennes ou les forages, mais à quoi sert la protection du paysage si elle nie toute possibilité de développement économique, voire toute occupation humaine ?

En Gaspésie, les répercussions éventuelles de la construction d'une cimenterie à Port-Daniel–Gascons en inquiétaient plus d'un. Aussi, après une année de discussions, les MRC, l'Union des producteurs agricoles, l'association touristique régionale, les cham­bres de commerce et d'autres ont adopté en avril 2013 la Charte des paysages de la Gaspésie.

Ce document de 12 pages n'a pas de valeur légale, puisque seules les municipalités ont des pouvoirs réglementaires au Québec. Il s'agit plutôt d'une déclaration d'intention, qui annonce les principes auxquels les signataires adhèrent. Ils recomman­dent par exemple la mise en place d'une politique pour assurer un affichage commercial de qualité, mais aussi des actions concrètes pour réduire l'impact visuel des parcs à ferraille, ou pour encourager l'usage du bois plutôt que l'aluminium comme matériau de recouvrement des maisons.

"Le tourisme est une des plus vieilles industries en Gaspésie. Les Gaspésiens sont conscients de la valeur de leurs paysages", dit Gabrielle Ayotte Garneau, agente de développement au Dossier paysage Gaspésie, au minis­tère québécois de la Culture.

Carleton-sur-Mer, dans la Baie-des-Chaleurs, s'est inspiré de la Charte des paysages lors de la réfection du quai municipal et de la mise en valeur de l'oratoire du mont Saint-Joseph, qui domine la ville. La chapelle, au sommet de la montagne de 555 m, les belvédères, les sentiers, la route et le stationnement ont été "revampés" en tenant compte des mêmes principes.

Des chartes du genre existent ailleurs au Québec, notamment en Estrie et dans les Laurentides, et d'autres sont en gestation, comme à Charlevoix. Souvent proposés par des groupes de bénévoles, ces dossiers avancent cependant très lentement, faute de moyens. "Il y a beaucoup de projets de chartes, mais pas de ressources. Après deux, trois, quatre ans, les gens s'essouf­flent", dit Gérald Domon, de l'Université de Montréal.

La région du Bas-Saint-Laurent a aussi adopté sa Charte des paysages en octobre 2015, signée par les huit MRC. Dans ce texte en 10 points, les signataires s'enga­gent à impliquer les populations locales dans les réalisations qui influencent le paysage, à maintenir par exemple la signature visuelle formée par les maisons colorées des villages ou les battures du fleuve. Ils s'enga­gent également à assurer l'harmonie architecturale aux abords des principales routes. "On ne veut pas se ramasser dans 20 ans avec des horreurs dans nos villages. La Charte permet une cer­taine harmonie dans le cadre bâti", explique Martine Proulx, agente de développement au Conseil de la culture du Bas-Saint-Laurent.

Cette initiative ne vise pas seulement à stimuler le tourisme, mais aussi à rendre la région plus attrayante comme milieu de vie, pour attirer des médecins, des jeunes, des professionnels, des entreprises, souligne Martine Proulx. Et aussi pour garder les "locaux", croit Dominique Lalande, directrice générale de Ruralys, une entreprise d'économie sociale du Bas-Saint-Laurent spécialisée dans l'analyse du patrimoine paysager et sa mise en valeur. "Les gens reconnais­sent que la préservation des paysages contribue à leur qualité de vie", dit-elle.

Ces chartes sont en fait des rejetons de la Charte du paysage québécois, élaborée en 2000 par le Conseil du paysage québécois. Cet OSBL regroupe des ordres et associations d'archi­tectes, d'urbanistes, d'amé­nagistes régio­naux, de paysagistes et d'architectes paysagistes du Québec. La publication de cette charte provinciale avait pour but de sensibiliser les différents acteurs, et elle a eu l'effet escompté !

L'objectif des chartes régionales est de "réunir toutes les professions qui ont un impact sur le territoire", précise l'urbaniste David Belgue, président du Conseil du paysage québécois. "Ce sont les habitants d'une région qui sont en mesure de dire ce qui est important pour eux. Ça ne peut pas être juste les environnementalistes qui décident !"

Mais il n'est jamais facile de mettre les habitants d'une région sur la même longueur d'onde. La préservation d'un paysage impli­que un grand nombre d'acteurs aux intérêts parfois divergents. Ils doivent composer avec des ministères (Transports, Ressources naturelles, Industrie, Agriculture) dont les décisions ont des répercussions directes sur le paysage. "Tout le monde est impliqué, mais personne n'est responsable, dit Gabrielle Ayotte Garneau, du Dossier paysage Gaspésie. Il faut que les citoyens prennent en main leur paysage, et qu'ils parlent plus fort aux élus."

Un autre outil — au nom très bureaucratique, celui-là — vise à rallier les habitants à la cause de la protection des paysages : le statut de "Paysage humanisé". Accordé par le ministère du Déve­loppement durable, de l'Envi­ronnement et de la Lutte contre les changements climatiques, ce statut donne le pouvoir à la MRC de limiter, sans les proscrire, les activités humaines dans l'aire qu'elle aura protégée.

Sauf que depuis la création du programme, en 2002, aucune région n'a été déclarée "Paysage humanisé" !

À ce jour, seuls deux dossiers de candidature ont reçu un "avis de recevabilité" : celui de la MRC de l'Estran, en Haute-Gaspésie, et celui de l'arrondissement de L'Île-Bizard, dernière zone agricole de Montréal. D'autres sont à l'étude en Mauricie, dans Lanaudière et dans les Laurentides.

Comme on peut le lire sur le site du Ministère, "la promotion d'un territoire au rang de Paysage humanisé découle d'une volonté des communautés et des personnes qui l'habitent". En clair, si les habitants ne peuvent s'entendre, ça ne marchera pas.

C'est ce qui accroche dans la MRC de La Côte-de-Gaspé, où l'OSBL Estran Paysage humanisé tente d'obtenir ce statut pour la MRC depuis 2006.

Cette MRC, qui réunit Grande-Vallée, Petite-Vallée, Cloridorme, Murdochville et Gaspé, veut mettre en valeur les aspects naturels de la région, dont 16 km de littoral montagneux, ses ports de pêche et son pont couvert, datant de 1923. Pour que les touristes aient envie de s'arrêter. "Là, ils passent sans arrêter en direction de Percé !" explique Thierry Ratté, conseiller en environnement au Conseil de l'eau du nord de la Gaspésie et, dans ses loisirs, coordonnateur d'Estran Paysage humanisé.

Au fil du temps, les municipalités ont toutes retiré leur appui à Estran Paysage humanisé. Elles craignent que l'obtention du statut de Paysage humanisé ne vienne interdire la chasse et la pêche, en plus de bloquer toute exploitation des ressources naturelles et tout développement éco­nomique. Dans les faits, "les paramètres de fonctionnement de ces activités ne sont pas établis pour le moment", dit Thierry Ratté. Le dossier n'est plus défendu que par l'association, qui survit grâce au dévouement de ses bénévoles.

Plutôt que de composer avec les polémiques et les délais, d'autres régions ont favorisé une stratégie différente. "On a opté pour une approche de petites actions concrètes", explique Éliane Trottier, agente de développement culturel de la MRC de Portneuf, qui regroupe 18 municipalités. La MRC a imaginé un concept rassembleur : le concours Portneuf en un coup d'œil, assorti d'une bourse de 10 000 dollars.

L'idée était de rendre plus attrayantes les bretelles d'accès à la région sur les principaux axes routiers. Le gagnant, Ate­lier DI, un cabinet de design de Deschambault-Grondines, a conçu des panneaux routiers en vitrail représentant un pay­sage. Ces panneaux seront installés au printemps 2016 à l'entrée du village, des deux côtés de l'autoroute 40, avec des panneaux plus petits sur le chemin du Roy et les routes secondaires.

"L'idée, dit Éliane Trottier, est de présenter un affichage qui ne met pas seulement en valeur nos paysages, mais qui rehausse aussi le sentiment d'appartenance des habitants et qui amène les touristes à sortir de la 40 pour s'arrêter chez nous."

L'EUROPE, UN MODÈLE

En Toscane, il n'y a pas que le vin qui soit "d'origine contrôlée". Le paysage digne d'une carte postale que forment ces vignobles émaillant les douces collines porte lui aussi depuis 2014 une sorte de sceau "d'appellation contrôlée". Les autorités locales ont en effet adopté cette année-là un plan de protection du paysage, qui vise à freiner la culture intensive du raisin, et ainsi réduire l'érosion des sols qui en découle.

L'idée de statuer sur le paysage ne date pas d'hier en Europe. Durant les années 1950, l'Allemagne, puis les Pays-Bas et la Belgique ont mis sur pied des parcs habités où, contrairement aux parcs nationaux, l'occupation humaine est autorisée, selon certains paramètres.

En 1967, la France s'en est inspirée pour créer le concept de parcs naturels régionaux. Elle en compte désormais 51, qui représentent 15 % du territoire.

En 1972, l'Unesco a souligné l'importance de préserver cette nature "dont l'humain fait partie" des effets pervers de l'industrialisation et de l'étalement urbain. Les pays membres ont signé la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

En 2000, la Convention européenne du paysage, aussi appelée la convention de Florence, a été signée par 29 États membres du Conseil de l'Europe. Elle donne aux autorités locales le pouvoir de légiférer en matière de protection des paysages.

En France, où la Convention est entrée en vigueur en 2006, ces pouvoirs ont été accordés à des directions régionales de l'environnement, de l'aménagement et du logement (DREAL). Il y a actuellement 12 DREAL en France, notamment en Alsace, en Bretagne, en Corse et en Provence.

© 2018 Observatori del Paisatge de Catalunya / Hospici, 8 - 17800 OLOT - Tel: +34 972 27 35 64 - observatori@catpaisatge.net