Paisatg-e / Paisaj-e / Landscap-e / Paysag-e

MAI-JUIN 07

BULLETIN TRIMESTRIEL DE L'OBSERVATORI DEL PAISATGE - 5

L'OBSERVATEUR

Foto

La participation n'est pas la cerise sur le gâteau

Joaquim Brugué
Directeur Général de Participació Ciutadana Generalitat de Catalunya

La participation des citoyens est à la mode, mais il ne s'agit pas que d'une mode. C'est une exigence que nous impose une société de plus en plus complexe et sophistiquée. À l'heure actuelle, des sujets tels que l'intégration des personnes immigrées, le changement climatique ou le développement économique, pour ne citer que trois exemples, ont cessé d'être des sujets strictement sectoriels pour devenir des réalités polyédriques. Aucun professionnel de l'intégration, du changement climatique ou du développement n'est capable de nous dire, technocratiquement, ce qu'il faut faire. En revanche, nous devons reconnaître que nous sommes face à des sujets demandant la participation de professionnels et d'acteurs sociaux divers.

Ainsi, les défis que doit relever cette société plus complexe vont au-delà des bureaux qui permettaient de les traiter jusqu'à présent et ils s'étendent à d'autres domaines requérant des points de vue divers. C'est l'idée de la société liquide à laquelle se réfère le sociologue polonais Zigmunt Bauman. La réalité nous glisse entre les doigts, elle est chaque jour plus polyédrique et requiert donc des réponses différentes. C'est là où intervient la participation, comprise comme la somme d'approches d'une même réalité. Cette somme d'approches permet, à travers le dialogue, de sortir les problèmes des bureaux fermés et de les mettre dans la rue pour qu'ils puissent être abordés par tous.

Ce besoin de participation, comme dialogue et équilibre entre divers regards, est particulièrement visible dans le cas des politiques territoriales, certainement de par leur complexité et sophistication croissantes. Prenons un exemple simple: jusqu'à une période récente, faire une route pouvait être uniquement une question d'ingénierie, alors qu'aujourd'hui c'est également une question d'équilibre territorial, de progrès économique, de qualité de vie des habitants du voisinage et de respect de l'environnement. Ce qui pouvait avant être abordé depuis une seule perspective requiert aujourd'hui le dialogue entre des perspectives diverses, c'est-à-dire, et nous insistons sur ce point, la participation, devenue un besoin primordial.

Par ailleurs, la politique du paysage est un cas particulièrement clair de complexité et de sophistication. Il est évident que le paysage n'est pas le même selon l'observateur ou l'endroit d'où il est observé. Il n'existe aucun expert capable de définir ce qu'est un paysage, quelle est sa qualité et ce qu'il faut faire pour le conserver ou l'améliorer. Le paysage est quelque chose que nous construisons et apprécions depuis différentes optiques à l'aide de valeurs diverses et en appliquant des critères qui ne doivent pas nécessairement concorder. Il n'est donc pas possible de concevoir une politique du paysage sans lui incorporer la dimension de la participation.

Le travail réalisé lors de l'élaboration des catalogues de paysage a relevé ce défi. Nous sommes face à une nouvelle politique qui requiert non seulement des contenus nouveaux, mais aussi des formes nouvelles. Les catalogues sont une politique nouvelle et créative qui incorpore le dialogue, de l'identification participative des unités de paysage à la définition commune de ses attributs, ses qualités, ses valeurs ou ses probabilités de conservation ou de transformation. La participation n'est donc pas comparable à la cerise sur le gâteau, car c'est une partie essentielle des catalogues. La participation est indispensable pour définir la réalité sur laquelle nous voulons agir et pour établir des stratégies d'intervention. Le travail réalisé dans ce sens démontrera que nous sommes entrés dans le XXIe siècle, un siècle au cours duquel nous devrons faire des choses nouvelles (par exemple, des politiques du paysage) et les faire de façon différente (par exemple, avec la participation).

Observatori del PaisatgeRemarque : Ce bulletin est publié par l'Observatori del Paisatge. Si vous souhaitez vous y souscrire et le recevoir par e-mail, cliquez ici.

© 2020 Observatori del Paisatge / Hospici, 8 - 17800 OLOT - Tel: +34 972 27 35 64
http://www.catpaisatge.net / observatori@catpaisatge.net