Paisatg-e / Paisaj-e / Landscap-e / Paysag-e

JANVIER-MARS 13

BULLETIN TRIMESTRIEL DE L'OBSERVATORI DEL PAISATGE - 36

L'OBSERVATEUR

Foto

Empreintes modernes, paysages industriels

Joan Roca i Albert
Directeur du MUHBA (Musée d'histoire de Barcelone)
Au XIXe siècle, alors que l'industrie se diffusait en Europe et transformait les campagnes et les villes, la préoccupation quant à l'estompage des identités les plus enracinées a nourri, à partir du romantisme, l'intérêt pour la préservation des éléments qui étaient considérés comme des identificateurs de la collectivité. C'est ainsi que s'est progressivement étendu le concept de patrimoine historique. La notion de paysage culturel a ensuite été intégrée au cadre opérationnel du conservationisme et y a introduit un degré supplémentaire de complexité en passant des éléments isolés aux relations entre les éléments. Un siècle et demi plus tard, la question est de savoir comment intégrer les vestiges significatifs de l'ère industrielle classique. Ce sujet n'est pas étranger au domaine, plus vaste, du traitement des zones rurbaines et des périphéries denses, formées pendant les périodes de croissance rapide des villes et dans lesquelles la question du paysage est inséparable des politiques d'espace public. Les actions patrimoniales et paysagères présentent néanmoins des traits spécifiques dans le cas des espaces de concentration industrielle et des environnements associés tels que ceux que Bernd et Hilla Becher ont commencé à photographier dans les années soixante. Comment traiter ce patrimoine industriel et ces paysages ? Il convient de souligner qu'on a souvent attaché plus de valeur aux ensembles manufacturiers dans les environnements ruraux que dans les environnements urbains. C'est le cas en Catalogne, comme si Barcelone n'en avait pas été l'épicentre manufacturier et modernisateur. Lorsque l'on a enfin commencé à attacher de la valeur au patrimoine industriel de la capitale dans son ensemble, la question du paysage n'a pas tardé à se poser et a fait surgir deux points fondamentaux : le risque de thématisation — de zoning paysager — et le défi de parvenir à un équilibre le plus satisfaisant possible entre conservation et rénovation. Le risque de thématisation se pose dans deux sens opposés qu'illustrent bien les quartiers barcelonais de Ciutat Vella et du Poblenou. Dans le cas de Ciutat Vella, on oublie parfois que ce quartier fut non seulement romain et médiéval, mais qu'il accueillit aussi la plus grande concentration manufacturière de l'Occident méditerranéen, et cela dès le XVIIIe siècle, avec les fabriques d'Indienne, et jusqu'à une période avancée du XIXe siècle, lorsque les fabriques se sont étendues au-delà des murailles, vers les faubourgs. La reconnaissance et l'appréciation des éléments patrimoniaux de ces activités manufacturières dans le quartier de Ciutat Vella enrichiront sans aucun doute ce paysage formé par de multiples vestiges datant de l'époque à laquelle la ville s'appelait Barcino ou Barchinona, puis Barcelone. Pour ce qui est du Poblenou, il faut au contraire éviter de le considérer du seul point de vue de son héritage industriel, comme s'il s'agissait, en termes de patrimoine et de paysage culturel, de la réserve thématique manufacturière de la ville. La seconde question qui se pose est comment intervenir dans ces paysages industriels pour parvenir à un équilibre entre préservation et transformation urbanistique. Alors que dans les environnements ruraux, les ensembles manufacturiers clairement différenciés peuvent être traités de façon relativement simple — comme dans le cas des cités ouvrières —, les choses se compliquent lorsque l'on aborde les terrains disloqués des périphéries et les tissus urbains consolidés. Comment agir sur le paysage de la rue Pere IV du quartier barcelonais du Poblenou sans le fossiliser — cela irait à l'encontre du caractère de palimpseste qu'il a toujours eu — ou le diluer sous forme d'éléments isolés, séparément peu significatifs ? C'est une question de méthode paysagère fondamentale. Il est donc nécessaire de donner un nouvel essor aux travaux sur le patrimoine et les paysages de l'ère industrielle, et de mettre à leur place les traits identificateurs de la Barcelone manufacturière, sans lesquels la ville ne serait pas la métropole qu'elle est aujourd'hui et la Catalogne n'aurait pas l'importance qu'elle a aujourd'hui dans le monde global qui est le nôtre. Le MUHBA tente de contribuer à la réflexion sur ce sujet tout en intégrant la trajectoire de la ville industrielle dans une perspective à long terme et dans une considération d'ensemble de l'héritage industriel européen.

Observatori del PaisatgeRemarque : Ce bulletin est publié par l'Observatori del Paisatge. Si vous souhaitez vous y souscrire et le recevoir par e-mail, cliquez ici.

© 2019 Observatori del Paisatge / Hospici, 8 - 17800 OLOT - Tel: +34 972 27 35 64
http://www.catpaisatge.net / observatori@catpaisatge.net