Paisatg-e / Paisaj-e / Landscap-e / Paysag-e

JUILLET-AOûT 09

BULLETIN TRIMESTRIEL DE L'OBSERVATORI DEL PAISATGE - 18

L'OBSERVATEUR

Foto

Réflexions sur le paysage et la conservation de la nature

Miquel Rafa
Département de Territoire et Paysage, Oeuvres Sociales Caixa Catalunya

J'ai en ce moment dans mes mains le nouveau volume de la collection "Plecs de Paisatge" ("Cahiers de Paysage") intitulé Indicadors de paisatge. Reptes i perspectives (Indicateurs de paysage. Défis et perspectives), édité par l'Observatoire du Paysage avec le soutien du Département de Territoire et Paysage des Oeuvres Sociales Caixa Catalunya. En relisant les textes des conférences prononcées en 2007 lors du séminaire international tenu à Barcelona, ce que je recommande d'ailleurs vivement de faire à tous les lecteurs du Paysag-e, il me vient à l'esprit une série de réflexions sur le rôle du paysage dans les politiques actuelles de conservation de la nature et du territoire. Le sens principal de ces pensées est de comprendre et de mieux mettre à profit les vertus de la perspective du monde du paysage, entendu comme une discipline et comme une politique active de planification et de gestion du territoire. Si nous prenons en considération les différents exemples actifs de conflits territoriaux (pour bien nous comprendre : terrains irrigables versus le réseau Xarxa Natura2000, lignes électriques de très haute tension, parcs éoliens et, en général, les grandes infrastructures du pays), nous verrons que chez ceux qui défendent les positions que nous appellerons génériquement écologistes, prédomine une vision nettement conservationniste du territoire actuel. Une approche du territoire, souvent aussi bien argumentée et documentée que statique, du territoire. Des espaces compris comme un ensemble d'écosystèmes précieux, d'habitats d'espèces menacées, de couloirs écologiques, etc., ainsi que la présence de paysages ayant une qualité esthétique sans égal, bien que pas toujours perceptibles de la même manière par tous les citoyens comme il en est des terres sèches. Quoi qu'il en soit, il s'agit de valeurs à préserver face à des menaces sous forme de projets d'infrastructures qui se superposent au territoire, parfois de manière linéaire (routes, réseaux électriques...), parfois de manière extensive (le cas des terrains irrigables ou des zones industrielles). Des prises de position défensives et réactives qui favorisent l'affrontement avec d'autres secteurs qui, d'entrée, ne doivent pas être nécessairement des adversaires. De nouvelles situations, mais des affrontements et des dialectiques similaires à ceux d'il y a vingt ou trente ans. Écologie, flore et faune (maintenant biodiversité) versus développement. Quelle est la valeur du paysage face à ces conflits ? Parmi toutes celles qui peuvent nous venir à l'esprit, je soulignerai celles qui, pour moi, en sont les principales : la vertu du paysage en tant que discipline et approche plus holistique et l'aspect de la vision à grande échelle. À un premier niveau, ceci peut déjà se traduire par la discipline même de l'écologie du paysage, qui fournit un saut qualitatif et facilite la visualisation et la mise en oeuvre de projets de connectivité écologique, de grands couloirs, etc., qui sont l'un des grands thèmes actuels (et en suspens) des politiques conservationnistes. Mais il en existe un autre, bien plus importante quand nous parlons de thèmes à débattre socialement, qui est la facilité du paysage à inclure une perspective socio-écologique. Des aspects non seulement écologiques, naturalistiques ou physiques, mais également des aspects plus proches des personnes : l'histoire d'un tel endroit, la culture populaire exprimée dans de petites constructions ou infrastructures en pierre sèche, l'imaginaire collectif du territoire, etc. La revalorisation du territoire, de ce point de vue, se produit de manière presque spontanée et sans discussion. Le paysage permet le dialogue et la réconciliation de secteurs confrontés d'une manière plus fructueuse et rapide. Miquel Rafa Directeur, Département de Territoire et Paysage, Oeuvres Sociales Caixa Catalunya

Observatori del PaisatgeRemarque : Ce bulletin est publié par l'Observatori del Paisatge. Si vous souhaitez vous y souscrire et le recevoir par e-mail, cliquez ici.

© 2019 Observatori del Paisatge / Hospici, 8 - 17800 OLOT - Tel: +34 972 27 35 64
http://www.catpaisatge.net / observatori@catpaisatge.net