Dossier: Paisatges sonors - Observatori del Paisatge

Información
en la prensa

22 Agosto 2012

Lieurac. Un jardin vraiment extraordinaire

PAULINE AMIEL

La Dépêche du Midi (Francia) [Crónica]

Foto

Entre art pariétal et land'art, les oiseaux du jardin extraordinaire font rêver le visiteur.

Si le paradis sur terre existe, c'est en Ariège qu'il se trouve. Niché dans un méandre du Douctouyre, le jardin extraordinaire est un lieu à ne pas manquer. Mais attention ! Le paradis, ça se mérite. Pour arriver à Lieurac, il faut traverser la route sinueuse du Douc. Et pour que ce coin d'Éden reste un bien précieux, il n'est ouvert qu'une semaine par an. À partir de dimanche et jusqu'au 2 septembre, les profanes peuvent fouler les hectares de fleurs, de potagers et de colline. Mais pas un jour de plus ! "Nous sommes avant tout agriculteurs bio, explique François Bérard, et une fois par an, nous organisons une balade dans le jardin." C'est ce jeune homme, sa famille et un groupe d'amis qui sont les heureux propriétaires de cette petite maison dans la prairie ariégeoise. Pendant une semaine, ils donnent les clés de leur jardin à des artistes en résidence. "Une soixantaine d'artistes s'installent ici pour tester leurs projets sur le public de Lieurac." Plusieurs concerts, dimanche et le week-end prochain sont prévus. Le collectif Dedo y Sangre se constitue exprès pour la semaine. "Ce sont des anciens du conservatoire de Salamanque qui ne se retrouvent que pour cette occasion."
Les oiseaux du paradis

Dès l'arrivée au jardin, plusieurs cabanes végétales accueillent le visiteur. Ces structures monumentales sont montées pour la saison. Grâce à la chaleur de cet été, les coloquintes, les plantes grimpantes et les calebasses éclatent de rose, d'orange et de rouge. Un peu plus loin, la rêverie fleurie continue. Le long du Douctouyre, les artistes ont installé des sculptures de pierre et plusieurs ponts pour traverser d'une rive à l'autre. "Cette année, les oiseaux constituent le thème de la résidence", indique François Bérard. Ces oiseaux du paradis, qu'ils soient peints, en pierre ou en cordage guident le visiteur.

Pour les plus courageux, la grimpette s'impose. Pour accéder à la colline, il faut d'abord traverser des portes… Un peu particulières. Là-haut, la vue, superbe, s'associe bien avec les installations de landart éphémères. Et ça, ce n'est que le jour ! La nuit du dimanche 2 septembre, les flambeaux et les étoiles seront les guides entre les ombres fantastiques d'un jardin pas comme les autres.

 

© 2009/2017 Observatori del Paisatge de Catalunya / Hospici, 8 - 17800 OLOT - Tel: +34 972 27 35 64 · observatori@catpaisatge.net